ALLIANCE DYS’SOLUTIONS FRANCE
dyslexie, dyspraxie, dyscalculie, dysphasie, TDAH, HP
Conséquences et comorbidité - dys-solutions-france logo logo logo logo logo logo

Conséquences et comorbidité

Dyspraxie - Dysgraphie

L'enfant dyspraxique a des difficultés dans la vie quotidienne, mais son handicap lui fait bien souvent développer des points forts variés, dans des domaines différents qu'il faut savoir reconnaître et encourager : la mémoire, la culture générale, le sens artistique, le goût pour l'expression orale, la capacité d'écoute et d'empathie ... 

Il ne faut jamais oublier que chaque enfant est différent en fonction de lʼintensité des troubles, des types de gestes touchés, de lʼassociation éventuelle avec dʼautres troubles neuropsychologiques : (dysphasie, dyslexie, dyscalculie, troubles de la mémoire, troubles des fonctions exécutives (fonctions qui planifient lʼexécution), troubles de lʼattention avec ou sans hyperactivité (TDAH), troubles visuels) mais aussi de sa personnalité, du milieu socio culturel, etc…. Certains enfants dyspraxiques ne savent faire du vélo quʼà 14 ans, nʼapprennent à nager quʼà 12 ans, ne sauront pas faire leurs lacets avant 15 ans.

L'enfant évolue également par lui-même, et met en place des stratégies compensatrices souvent adaptées à ses capacités. Il faut donc prendre le temps de faire « le tour » de l’enfant pour pouvoir mieux l’aider. 

Mis en confiance, il saura utiliser certains de ses points forts et arrivera à réaliser des actions quʼil ne pouvait faire plus petit. 

Troubles fréquemment associés, à rechercher dans tous les cas : 

  • la dysgraphie qui est inhérente à la dyspraxie
  • la dyscalculie, fréquente en raison des difficultés d'abstraction

Mais aussi, bien sûr : 

  • la dyslexie
  • la dysorthographie
  • la dysphasie
  • les troubles neurovisuels
  • les troubles du défit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)
  • la précocité

Nos conseils

Tous droits réservés - Reproduction interdite, même partielle.